Malade à cause de la cigarette : Poumons détruits, dents cassées

La MPOC, le cancer, l’impuissance : le fait que les fumeurs inondent quotidiennement leurs poumons de fumée toxique a des conséquences d’une portée considérable. Les plus grands risques pour la santé liés à la cigarette.

Fumer n’endommage pas seulement les voies respiratoires. Les produits chimiques toxiques de la fumée de tabac pénètrent dans le sang par les vaisseaux sanguins fins des poumons et se répandent dans tout le corps. Chaque cigarette augmente le risque de maladie pulmonaire, de maladie cardiovasculaire et de cancer. Les fumeurs sont également moins bien lotis en termes de santé bucco-dentaire, de performance et de puissance. Un aperçu des risques liés au tabagisme :

 

Maladies des poumons

De nombreuses études ont clairement démontré que les poumons des fumeurs fonctionnent moins bien que ceux des non-fumeurs. Plus une personne fume et plus elle fume longtemps, moins elle peut bouger d’air par respiration. Pendant l’effort physique, il n’y a pas de réserve pour des respirations plus profondes afin de fournir suffisamment d’oxygène aux muscles et au cœur. Il y a un manque d’air.

La fonction de défense naturelle des voies respiratoires souffre également de la fumée de tabac. Les polluants, la saleté et la poussière sont éliminés moins efficacement. Les fumeurs sont donc plus sensibles aux infections respiratoires.

 

La maladie typique du fumeur s’appelle la MPOC. L’abréviation signifie « Maladie pulmonaire obstructive chronique ». Les voies respiratoires sont enflammées de façon chronique et resserrées par la fumée du tabac. Cela se remarque par la toux du fumeur et une éjection accrue. Les médecins parlent aussi de bronchite obstructive chronique. Plus tard, les personnes touchées souffrent de plus en plus d’essoufflement, et l’expiration en particulier est difficile. Si la maladie progresse, un emphysème pulmonaire peut se développer. L’organe respiratoire est pathologiquement trop gonflé. Les alvéoles fines sont irrémédiablement détruites et l’échange gazeux vital est insuffisant.

La MPOC est presque toujours le résultat d’une longue carrière de fumeur. 90 pour cent des personnes touchées sont des fumeurs ou d’anciens fumeurs. Plus on fume longtemps et plus on fume, plus il est probable que les poumons finissent par sortir. La MPOC tue plus de fumeurs que le cancer du poumon.

Les femmes semblent plus sensibles à la fumée du tabac. Elles sont plus sujettes à la MPOC que les hommes qui fument autant. Mais lorsqu’elles s’arrêtent, leur fonction pulmonaire s’améliore aussi plus rapidement et de façon plus durable que celle des hommes qui arrêtent de fumer.

La MPOC n’est pas guérissable. Les médicaments ne peuvent soulager que partiellement les symptômes. Arrêter de fumer peut arrêter la maladie.

Le tabagisme et le tabagisme passif favorisent l’asthme. La fumée de tabac augmente à la fois la probabilité de développer de l’asthme et la probabilité d’avoir une crise aiguë. Les enfants dont les parents fument sont à la merci de ce risque. Il est également prouvé que les bébés souffrent plus fréquemment d’allergies si leur mère a fumé pendant la grossesse. Et une allergie peut se transformer en asthme.

 

Maladies cardiovasculaires

La jambe du fumeur, la crise cardiaque et l’AVC ont une cause commune : l’artériosclérose, communément appelée artériosclérose. Les produits chimiques contenus dans la fumée de tabac irritent les parois des vaisseaux sanguins, le corps résiste aux réactions inflammatoires. Il en résulte des dépôts, un rétrécissement des vaisseaux et une diminution de l’apport sanguin au cœur, au cerveau ou aux jambes. De plus, le tabagisme fait augmenter la tension artérielle, ce qui constitue également un facteur de risque de maladie cardiovasculaire.

Le rétrécissement des vaisseaux sanguins dans les jambes peut rendre nécessaire une amputation dans les cas extrêmes. Si le cœur n’est pas correctement alimenté en sang, une crise cardiaque peut survenir. Les chercheurs estiment qu’au moins une crise cardiaque sur trois est due au tabagisme. Des études mondiales ont montré que le tabagisme est l’un des plus grands risques de crise cardiaque évitables, indépendamment de la région, de la population, du sexe ou de l’âge.

La façon la plus efficace de prévenir les maladies cardiovasculaires est d’arrêter de fumer régulièrement. Déjà 24 heures après la dernière cigarette, le risque de crise cardiaque est réduit. Cinq ans après avoir cessé de fumer, le risque d’AVC diminue également de façon mesurable.

 

Laisser un commentaire