Mission: Impossible – Fallout, les secrets du tournage

moto2

Mission: Impossible, la scène de poursuite à moto rendue possible par un ex- coureur Supersport  britannique

 

Actuellement en tête des box-office charts, Mission : Impossible Fallout sera le succès cinématographique de l’été. Mais l’une des scènes clés de l’un des films hollywoodiens les plus chargés d’action de tous les temps n’aurait pas pu se produire sans l’habileté et l’ingéniosité d’un motard britannique.

 

Le personnage de Cruise, Ethan Hunt, tente d’échapper à la police française, chargeant dans les rues secondaires parisiennes sur une BMW R 9T Scrambler, dérapant devant des hordes de voitures de police et se faufilant dans et hors de la circulation sur l’Arc de Triomphe.

 

MCN revient sur les précédentes motos Mission Impossible.

Mais une grande partie de ces images étonnantes a été réalisée par Kieran Clarke, ancien coureur de Supersport britannique et mondial, qui s’est associé à l’équipe de cascadeurs de Tom Cruise pour développer un appareil photo destiné à être utilisé dans les meilleurs films hollywoodiens.

 

Clarke, qui a été contraint de se retirer de la course à cause d’une blessure, s’est tourné vers le métier de cascadeur, obtenant sa pause dans le précédent film Mission Impossible.

 

Il y avait des limites à l’utilisation d’un vélo de route standard.

 

« Nous avons fait des plans de suivi sur Mission Impossible 5 qui étaient fantastiques, mais il y avait des limites à l’utilisation d’un vélo de route standard comme appareil photo « , explique Clarke.

 

« Wade Eastwood et moi sommes partis et avons réfléchi à un nouvel équipement de caméra basé sur une moto pour obtenir les plans d’action les plus dynamiques disponibles et passer à l’étape suivante. Ce vélo est le résultat.

 

« Avec l’utilisation d’une moto normale et d’un moteur à essence conventionnel, vous obtenez beaucoup de vibrations du moteur, ce qui limite ce que vous pouvez faire, surtout avec le son et sur de nombreux vélos de suivi, il est très difficile et chronophage de changer la position de la caméra.

 

Pour résoudre les problèmes de vibration du moteur, Clarke et l’équipe se sont tournés vers les vélos électriques avec leur vélo caméra qui démarre sa vie comme un Zero DSR. Produisant 69 ch, l’appareil photo a une vitesse de pointe de 120 mi/h et est entièrement équipé d’une suspension K-Tech, de roues Moto3 et de mousses pour une adhérence instantanée et d’une carrosserie spéciale en fibre de carbone.

 

Beaucoup de contrôle sur le déménagement

L’atout principal est le support élaboré pour les caméras qui, grâce à la valve électro-hydraulique, peut avoir son attitude contrôlée en mouvement, ce qui permet des prises de vue spectaculaires.

 

« Nous avons mis au point un équipement utilisant la technologie MotoGP et F1 pour créer quelque chose qui permet d’obtenir des prises de vue qui ne sont possibles nulle part ailleurs. Il n’y a pas de bruit de moteur et pas de vibrations, ce qui nous permet d’obtenir un son dans le même plan, ce qui est une première pour un appareil photo.

 

« Nous pouvons changer la hauteur et la position de la caméra en quelques secondes en appuyant sur un bouton, ce qui signifie que le vélo peut tourner une gamme de scènes allant du dialogue de vitesse lente à des séquences d’action à haute vitesse avec des voitures et des vélos.

 

Avec les caméras cinématographiques et tous les supports associés pesant 50 kg et coûtant 60 000 £, la précision et la sécurité sont primordiales.

 

« Il faut de bons cavaliers pour en tirer le meilleur parti « , dit Clarke. « C’est pourquoi nous allons avoir James Rispoli et James Ellison de British Supersport et James Ellison de BSB comme coureurs. Ils ont besoin de savoir ce qu’ils font. »

 

Cruise:’J’ai dit que j’irai aussi vite que la moto le peut’.

Le tournage de la scène a été l’une des missions les plus difficiles des croisières. Révélé dans une bande-annonce en ligne pour le film, il le montre en train d’entrer et de sortir de la circulation pour de vrai avec peu de vêtements de protection et pas de casque.

 

« Aussi dangereuse que soit la scène motocycliste dans la nation Rouge, a déclaré le directeur Christopher McQuarrie, « c’était infiniment plus difficile ».

 

Tom Cruise est d’accord : « Nous avions un gréement de sécurité pour un tir difficile, mais ce gréement n’a pas fonctionné. J’ai dit :  » Mon ami, il faut qu’on roule, il faut qu’on tire. Il suffit de mettre la caméra là, de préparer la poursuite et je ferai le tour de ce virage aussi vite que possible. Cette opportunité d’aller à Paris pour tourner cette séquence était incroyable. »

Contact pour plus d’informations.

Laisser un commentaire